CIMG0218

Couvin 1 – 2 Olympic : le résumé

Match très disputé ce samedi soir au Stade du Roi Soleil à Mariembourg, où l’Olympic finit par émerger en fin de seconde période par Jordan Henri (80 ème) qui fait 1 – 2, le score final. A la mi-temps, les équipes avaient rejoint les vestiaires sur le score de parité 1 – 1 : Ibrahim Somé (0 – 1 / 9 ème) et Quentin Meerpoël (1 – 1 / 24 ème). Un match à rebondissements et émotions, avec une belle vélocité et de nombreuses tentatives des avants de Couvin, qui n’ont toutefois pas trouvé de concrétisation, en cause de la belle prestation de notre portier, Corentin Moriconi. Revoyons tout ceci par le détail.

Le match débute par une minute de silence observée par les deux équipes et l’assistance, en hommage à Denise Harnie, décédée cette semaine à l’âge de 84 ans, les joueurs de l’Olympic portent un fin brassard noir au bras droit, en signe de deuil.

L’Olympic est toujours privé des services de quatre pions majeurs : Lilan Bochet, Alessio Virgone, Zainoul Haïdara (blessés) et Issa Gorry (seconde de trois semaines de suspension). Le staff choisit cette semaine d’offrir un premier temps de jeu à Roddy Kambala qui débute et à Maxime Janssens qui montera à la 74 ème pour remplacer Lucas Giorlando.

L’Olympic ouvre le score rapidement à la 9 ème, parfait centre de la droite de Alessio Palmeri et reprise de la tête de Ibrahim Somé sur une haute élévation (0 – 1). Couvin-Mariembourg égalise dès la 24 ème sur une fine déviation de la tête de Quentin Meerpoel sur un coup franc donné de la gauche par Patrick Pratz (1 – 1). On verra ensuite pas mal de déchets et d’occasions galvaudées de part et d’autre, jusqu’à un assist lumineux de Maxime Janssens, notre nouveau venu, qui à la 80 ème adresse une passe latérale et profonde à la fois, pour isoler Jordan Henri à la gauche du rectangle de Couvin, où Jordan prend le meilleur sur son garde du corps et place dans le plafond du but couvinois (1 – 2).

Mention ‘très bien’ à Maxime Janssens pour cette belle vista, peu après sa montée au jeu à la 74 ème –  à l’occasion de son premier match officiel sous la vareuse Olympienne – un assist changement d’aile bien calibré de la droite vers le rectangle à gauche, qui permet à Jordan Henri de déployer son talent de finisseur.

L’Olympic a aligné : Corentin Moriconi (G), Alessio Palmeri, Quantin Durieux (Cap), Alfuhsein Diakhaby, Georgios Kaminiaris, Adnan Kalincik, Mickaël Séoudi (66 è Thierry Nendaka), Lucas Giorlando (74 è Maxime Janssens), Roddy Kambala (78 è : Yassine Boumediane), Jordan Henri et Ibrahim Somé – Quatrième réserve : Raphaël Devillé

Couvin-Mariembourg a aligné : Eugène Vincent (G, Cap), Simon Vanlerberghe, Guela Davrichov, Patrick Pratz, Simon Sias (67 è Boussad Houche), Quentin Meerpoël, Thibaud Hallaert (81 è : Francesco Servidio), Steve Vanhorick, Julien Charlier, Nabil Sirat, Hendrix Ndikumana – Troisième et quatrième réserves : Romain Wackers et Nicolas Deppe

Cartes jaunes et rouge : Olympic : Henri (87 è) , Durieux (88 è), Kaminiaris (90 è 2 X ==> rouge) // Couvin-Mariembourg : Vanlerberghe (36 è), Davrichov (46 è) et Vanhorick Steve (87 è)

Le fil du match : occasions, buts et faits marquants :

2 è : premier bon centre de Quentin Meerpoël de la droite et reprise de Simon Sias, seul au rectangle, il place trois mètres au-dessus

3 è : réplique immédiate des Dogues, avec un débordement de Jordan Henri sur la gauche et un tir qui s’écrase dans le petit filet

7 è : mini-duel à droite entre Quentin Meerpoël et Corentin Moriconi, arrêt du pied de Corentin

15 è : coup franc dans l’axe obtenu par Jordan Henri, Roddy Kambala le donne, mais loin au-dessus

16 è : retour de hors jeu sifflé sur Patrick Pratz qui file au but et inutile de prolonger vers le but, Quantin Durieux est là pour arrêter le ballon avant le passage de la ligne

20 è : 0 – 1 beau mouvement collectif des Dogues … comme on voudrait en voir davantage. Mickaël Séoudi construit en adressant une longue balle sur l’aile droite à Alessio Palmeri, qui ajuste un centre millimétré vers la tête de Ibrahim Somé qui s’élève cinquante centimètres de plus que son défenseur pour placer une reprise de la tête, dans la lucarne gauche de Couvin-Mariembourg. Limpide, propre !

21 è : grand pont de Roddy Kambala au long de la ligne de touche à gauche, son centre dangereux n’est pas repris

23 è : tir trop croisé de la droite du rectangle par Lucas Giorlando, ca passe à un mètre du piquet gauche

27 è : 1 – 1 égalisation de Couvin sur un coup franc donné de la gauche par Patrick Pratz vers notre petit rectangle où Quentin Meerpoël dévie légèrement de la tête pour placer dans l’angle droit. Ceci fait suite à une faute sifflée mais … inexistante de Lucas Giorlando, non loin de notre piquet de corner gauche

36 è : Simon Sias adresse une grosse ‘patate’ reprise de volée qui passe peu à gauche de notre but, après une mauvaise remise dans l’axe de la tête

38 è : jaune pour gros tacle fautif de Simon Vanlerberghe sur Lucas Giorlando

40 è : mauvaise relance de Corentin Moriconi, pressé par Patrick Pratz, tacle de corentin pour le stopper dans le grand rectangle, Pratz s’effondre blessé et tout le camp de Couvin réclame le péno, mais Monsieur G. Christien situé à proximité ne bronche pas, voyant plutôt une simulation. Le ballon est sorti par les Dogues, mais un peu en force vers le banc de Couvin-Mariembourg et ca s’envenime, inutilement, résultat : quatre minutes d’interruption de jeu

44 è : nouveau débordement à droite de Quentin Meerpoël et tir trop croisé vers la gauche

46 è : jaune pour Guela Davrichov qui a réussi à énerver Monsieur Cristien qui rappelle qu’il est le maître de la direction des opérations

Score à la mi-temps : 1  – 1 logique

47 è : but annulé pour Couvin pour position de hors-jeu incontestable, les supporters de Couvin indiquent leur mécontentement

48 è : tir de Ibrahim Somé, loin au-dessus

52 è : attention au perte de balle dans le milieu, tête arrière de Patrick Pratz et gros tir de Quentin Meerpoël, mais Corentin Moriconi effectue la parade nécessaire en boxant en corner

60 è : débordement de Alessio Palmeri sur l’aile droite, rentrée vers le rectangle et tir croisé qui touche l’intérieur du poteau gauche et rebondit dans les bras du gardien, Eugène Vincent, bien heureux de récupérer. Pour le même prix, c’était dedans !

63 è : Mickaël Séoudi reçoit un tir en plein visage, alors qu’il défend à l’entrée de notre rectangle. Sonné, il est contraint de sortir et par précaution, le staff fait monter de suite Thierry Nendaka. Plus de peur que de mal car Mickaël rejoindra le banc par ses propres moyens au bout de cinq minutes de récupération au bord du terrain. Les joueurs et supporters de Couvin ont réclamé un péno … alors que notre joueur tente de se protéger le visage dans un dernier réflexe

67 è : coup franc donné dans le paquet par Lucas Giorlando, son envoi dans le petit rectangle de Couvin donne lieu à un mini-cafouillage, mais Thierry Nendaka ne peut pousser au fond

76 è : essai lobé de Thibaud Allaert suite à une interception dans le milieu, mais ça file dans les panneaux publicitaires, au-dessus de notre cage

80 è : 1 – 2 passe magnifique de Maxime Janssens depuis la droite du camp couvinois, vers la profondeur à gauche du rectangle, Jordan Henri prolonge en un temps pour doubler son opposant direct et frappe du gauche, directement dans le plafond du but. Un bel assist et une belle finition

85 è : tir de Patrick Pratz dans l’axe, suite à une nouvelle mauvaise relance, ca file au-dessus. Il est vrai que le pressing des avants de Couvin – Mariembourg a été très intense et très haut sur nos défenseurs et sur notre gardien, du début à la fin

87 è : double jaune pour Steve Vanhorick et pour Quantin Durieux, ca chauffe, ça rouspète

89 è : reprise de la tête de Ibrahim Somé, mais hors jeu

90 è : trop gros cou d’épaule de Jordan Henri et jaune plus coup-franc

91 è : le coup-franc est dévié au-dessus par Corentin Moriconi

92 è : corner avec tout Couvin-Mariembourg à l’assaut du rectangle de l’Olympic, c’est un ‘onze contre onze’ dans le rectangle des Dogues, alors même que le gardien de Couvin est également monté. Premier dégagement de Georgios Kaminiaris dans l’axe, mais le pied un peu haut, c’est jaune et … seconde jaune pour rouspétances

93 è : le coup franc idéalement situé dans l’axe à 17 mètres est donné par le spécialiste Julien Charlier, ca part bien vers la gauche de notre but en hauteur, où Corentin Moriconi repousse dans les pieds d’un couvinois qui reprend, mais Corentin dévie en corner

94 è : long centre de la gauche de Francesco Servidio vers le second poteau, grosse reprise de la tête, tout le monde la voit au fond, sauf Corentin Moriconi qui se déploie tel un chat et dévie pour un nouveau corner

95 à 96 è : l’attaque des couvinois est totale, mais la résistance des Dogues unis l’est tout autant

97 è : nouvelle faute de Jordan Henri à la gauche en tentant de dégager et dernier coup-franc pour Couvin, c’est dégagé loin devant et Yassine Boumediane tente d’expédier vers la cage vide de Couvin, mais Eugène Vincent revient et coupe la trajectoire, ca remonte à nouveau vers le rectangle de l’Olympic mais cette fois, ca y est …

98 ème : … Monsieur Gary Cristien siffle enfin la fin de la rencontre, avec une victoire sur le fil pour les Dogues

Le staff et toute l’équipe de l’Olympic sont fiers de dédier cette première victoire de la saison à Denise HARNIE, qui les remercie depuis là-haut.

En conclusion, même si les trois points peuvent paraître flatteurs pour les Dogues, ils ont eu le mérite de planter deux véritables buts, bien construits et incontestables dans leur exécution. Couvin a tout donné vers l’avant durant huit longues minutes d’arrêt de jeu, mais la résistance des Dogues a été déterminée, avec un Corentin Moriconi se déployant tel un chat pour dévier tous les ballons cadrés qui auraient pu rétablir l’égalité.

Prochaine rencontre : le samedi 15 septembre à 20 heures, Olympic – Meux

Stade de la Neuville – Ouverture du stade dès 18 heures.