Procédure en cas de test positif ou de suspicion

Un joueur ou un formateur en suspicion de COVID ou ayant été en contact rapproché avec quelqu’un testé positif doit OBLIGATOIREMENT se mettre en quarantaine dans l’attente des résultats de son test.

On constate actuellement que beaucoup de personnes préviennent à partir du moment où elles reçoivent les résultats du test ! Cela met en danger le fonctionnement du Centre de Formation. La mise en quarantaine se fait avant de faire le test !

Continuer la lecture de « Procédure en cas de test positif ou de suspicion »

COVID – Rappel des mesures et mise en place de mesures temporaires complémentaires

Dans le cadre des décisions prises par la Ministre des Sports et le Gouverneur du Hainaut, il paraît indispensable de rappeler que :

  • le port du masque est OBLIGATOIRE pour toute personne (à partir de 12 ans) qui assiste, comme spectateur ou accompagnant, à un événement sportif, un entraînement ou une compétition sportive, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, et ce, dès son entrée sur le site et durant toute la durée de l’événement.
  • l’accès aux vestiaires et douches est INTERDIT que ce soit aux entraînements ou aux matches (à domicile ou à l’extérieur).
  • les buvettes restent fermées dans l’attente de la mise à jour des protocoles comme prévu lors du Comité de Concertation du vendredi 16 octobre 2020.
  • lors des matches, les boissons (eau) sont disponibles auprès du concierge (Michel). Nos délégués se chargent de prendre les boissons pour nos équipes et pour les équipes visiteuses.
  • A l’issue de la rencontre, il n’y aura pas de distribution de collations (jus, gaufre) pour l’instant.
  • Le joueur mis en quarantaine à l’école ne peut pas s’entraîner pendant la durée de cette quarantaine (informer le club). Même chose pour un formateur mis en quarantaine à son travail.
Continuer la lecture de « COVID – Rappel des mesures et mise en place de mesures temporaires complémentaires »

Quoi de neuf “Dogueteur”?
Akif Arikan:

“Le projet Olympic est basé sur un travail de fond”.


Akif Arikan est un des artisans de la fusion récente entre Châtelet et l’Olympic de Charleroi.


Vice-président actif, il s’implique dans les projets du club et booste la dynamique commerciale: “Je connaissais, de longue date, Patrick Remy. On se voyait régulièrement quand Châtelet, son club d’origine, jouait sur Farciennes. On a évoqué il y a deux ans, avec les dirigeants de l’Olympic, l’idée de faire un bon club carolo, avec les deux existants.
Le label historique de l’Olympic et un stade plein d’histoire au centre de Charleroi. Le challenge était excitant. L’opportunité de muscler notre structure et d’unir nos forces vives a primé sur les intérêts secondaires.

Avec la fusion, on a fait des additions tant chez les partenaires que chez les dirigeants”.
Akif est pragmatique et optimiste pour la suite de l’aventure Olympic: “L’outil de la Neuville est idéal. Nos relations d’affaires se rencontrent régulièrement avant les matchs. Nous faisons, tous dirigeants et collaborateurs confondus, ce qu’il faut pour que nos partenaires soient satisfaits. Ils nous soutiennent par sympathie, parfois mais, de plus en plus, pour la qualité du service que les personnes influentes du club apportent aux sociétés en terme de mises en contact. Cette approche “be to be” joint l’utile à l’agréable”.


Amateur de foot depuis son plus jeune âge, il cerne les qualités du projet Olympic: “J’ai grandi près du stade de Marchienne. Gamin, je ne loupais pas un match. Adulte, je vais voir du foot en Belgique et à l’étranger, par passion. L’année 1 de la fusion était un ” bon brouillon” dont on a tiré les leçons. Cette saison, on fait la maximum pour s’améliorer dans plusieurs secteurs de la vie du club”.


Sur la qualité du jeu de l’équipe-vitrine, il enchaîne: “Le fait d’accéder , en coupe de Belgique, à une équipe de D1A, Zulte-Waregem est un exploit. Il va donner un coup de projecteur positif sur l’image et la notoriété du club, l’équipe et la visibilité des partenaires qui sont au centre de notre projet. Le staff essaie de prôner un foot plaisant et si possible, gagnant pour rendre plaisir et fierté à La Neuville”.


Le service aux partenaires figure en pole position: “Le “Dogue business club”, notre cercle d’affaires, se réunira dès que les circonstances sanitaires le permettront, sans restriction. On est prêt. Dès l’intronisation d’un partenaire, il est d’emblée dans le bain de notre relationnel d’affaires”.


L’ organisation, l’image du club et la communication vers l’extérieur sont en phase ascendante: “On s’organise pour soigner les détails, on communique plus sur le fond, on “ramène à la surface médiatique” les anciens joueurs et dirigeants qui ont fait la longue histoire du club. On a amélioré notre offre sponsoring par une approche plus marketing sans nuire à la convivialité. On veut faire croître nos moyens en augmentant le nombre de partenaires tout en fidélisant les anciens par notre implication au quotidien. Ensuite, on envisagera, peut-être, de monter à l’étage pro. Ce sera chaque chose en son temps et une chose à la fois”.

7 bonnes raisons de venir à La Neuville ce samedi 17 octobre…


Olympic de Charleroi-Fc Liège c’est, ce samedi, 20 heures.


Le classico wallon de la nationale 1. Hainautvs Liège. Un match classé ” de prestige” en base, coché, dès la sortie du calendrier avec le label “ne pas louper”, même en version Covid.


Deux métropoles, Charleroi vs Liège s’affrontent par clubs mythiques interposés.


Le Fc Liège, c’est toute une histoire. Wintacq, Waseige, Giusto, Stojic ,De Sart, Houben, Malbassa, Boffin, Varga. Une coupe de Belgique, un club qui ne meurt jamais, des coachs emblématiques, Gerets et Waseige. Respect.


Un duel entre clubs qui ont un passé de D1, une longue histoire, une culture foot spécifique et un capital “sympathie-notoriété” reconnu partout en Belgique.


Un rappel des derbies des années 70-80, au sommet de la hiérarchie.


Un stade qui sera rempli selon les jauges limitées par la crise Covid.


Un match à vivre, en live, et nulle part ailleurs.
André Gorez, ex-joueur de l’Olympic sera l’invité au coup d’envoi. Une nouvelle tradition olympienne.


Comment se procurer un ticket?
Il ne faut pas s’inscrire par internet.
Deux préventes sont prévues.
Le jeudi 15, de 18h à 19h30, au secrétariat de la Neuville et le samedi matin 17, jour de match, de 9h30 à 12h, toujours au secrétariat de la Neuville.
En définissant deux plages de prévente, nous donnons à chacun, la chance d’obtenir un ticket sans stresser.
Le jour du match, les guichets seront ouverts, à partir de 18h30, pour le solde des places.
Ce dispositif a le mérite de proposer des solutions concrètes étalées dans le temps.

Patrick Remy m’a dit…
“On doit être créatif dans les arbitrages”.


Olympic de Charleroi-Fc Liège (j-3)

Patrick Remy va vivre le “derby wallon” en mode “prévention Covid”. Pas simple..
Il s’exprime sur ce “momentum” spécial de la saison.

Avec nuance: “On cerne, en petit comité et en début de semaine d’un match à la maison, ce qu’il y a lieu de faire en matière de communication, ticketing, gestion de l’horeca et des mesures Covid. Eric Meurant est notre référent sur le sujet. Il a une vision pratique et dynamique de la chose”.


Pour le ticketing, cela se présente comment pour samedi ?
“Jean-Paul Bastin, notre secrétaire est assailli de questions souvent pertinentes sur les arbitrages à faire. On doit composer et faire des choix, parfois impopulaires, en fonction de la jauge définie de 400 personnes maximum et du profil de nos supporters. Pour le derby, on a privilégié les abonnés, bien sûr, et les supporters de Charleroi qui nous suivent régulièrement sans s’abonner. Nous avons reporté, au match à domicile suivant, la présentation de quelques équipes de jeunes qui auraient sensiblement réduit la portée de notre jauge déjà minimale pour un tel événement. Ce n’est pas de gaieté de coeur. Le classico wallon, c’est l’affiche que le supporter coche en base. On a essayé de le rendre le plus accessible possible aux plus fidèles de l’Olympic tout en restant dans les clous des limitations de supporters”.


Pratiquement
“Nous avons prévu, en concertation interne, deux préventes: le jeudi 15, de 18h à 19h30, au secrétariat de la Neuville et le samedi matin, jour de match, de 9h30 à 12h, toujours au secrétariat de la Neuville. En définissant deux plages de prévente, nous donnons à chacun, la chance d’obtenir un ticket sans stresser.
Le jour du match, les guichets seront ouverts, à partir de 18h30, pour le solde des places. Ce dispositif n’est pas la panacée mais il a le mérite de proposer des solutions concrètes étalées dans le temps”.


Votre sentiment de président sur la teneur émotionnelle du derby wallon:
“Il passionne nos supporters, les médias, les partenaires et les anciens joueurs que nous remobilisons à chaque match. Sur recommandation de la fédération, il n’y aura pas de supporters visiteurs. J’en suis désolé. On vit une drôle d’époque”.


Votre team de coulisses est à la page.
“Les mesures Covid sont bien respectées et en douceur. Nos 15 stewards sont formés pour faire respecter les mesures essentielles. J’invite chaque supporter à porter le masque. C’est une prévention, à 90% garantie, de non-propagation. Nous sommes et serons intransigeants sur la question”.


Votre avis sur le scénario du classico?
“Il sera engagé et de qualité. Les deux équipes ont fait une préparation correcte. Liège s’annonce costaud. On va vivre un match dynamique et prenant”.


Buvette ou pas buvette ?
“J’ai entendu la Ministre des sports évoquer le sujet de manière positive en parlant d’une ouverture jusque 45 minutes après le match. A ce jour, nous respectons la fermeture décrétée par le gouverneur du Hainaut. Il y a le 16 octobre, veille de match, un comité national de sécurité On attend de voir comment les choses vont évoluer”.


Le club traverse une bonne période…
“La qualification en Coupe de Belgique donne un bon coup de projecteur. Les supporters qui avaient déserté La Neuville reviennent. Recevoir une équipe de D1 stable comme Zulte-Waregem crée un climat positif, en interne comme en externe. On est toutefois surtout focus sur le championnat qui s’annonce relevé”.

Dogue, dogue, dogue, qui est là ?
Luc Calbert.

Luc Calbert, le gardien volant des années 70 et 80.


Après Vincent Callens, un des super-héros de l’épopée de la Coupe de Belgique 91, après Fabienne Devilers, “Doguette” emblématique, place à Luc Calbert, le gardien volant de référence, fin des années 70 et années 80. Un des “tout grands”, au poste après …Jacky Duquesne.


Toujours svelte, la soixantaine grisonnante, Luc était de retour à la Neuville, pour le coup d’envoi du match vs Alost. Il a savouré: “J’ai passé 9 ans à la Neuville en D2 et D3. Ces années, en deux passages, en “noir et blanc”, ont débuté, juste après la fin de carrière de la “légende vivante”, Jacky Duquesne. Jacky a ensuite, été très longtemps mon entraîneur et maître. Ma première? A la Gantoise. Francis Durieux s’était blessé à la sortie du car. Défaite 3-0″.


De son passage à l’Olympic, il retient quelques repères et collègues essentiels: “Michel Delire et Guy Fromont comme coachs. Les équipiers du style “guerrier”: Denis Dullier et Eric Thibaut. Ils incarnaient l’esprit Olympic. La classe? Bobby Bohmer même en fin de carrière, le Hongrois Turner et Grégoire Bahamonde. Une légende? Michel Hemberg que j’ai retrouvé avec plaisir, dimanche dernier. Un buteur inné, d’une simplicité épatante.

Des guides éclairés: Marco Celli et Francesco Ferrera”.
“Lucky Luc” était ému de la reconnaissance des dirigeants du nouvel Olympic, à son égard:” Michel Hemberg était aussi de retour, au stade, avec moi. Que des bonnes émotions. Nous avons reçu une étonnante ovation dans l’espace-vip réservé aux partenaires. Les supporters ont salué notre retour de manière très sympa, au coup d’envoi. L’accueil était chaleureux”.


Son armoire à bons souvenirs est mieux garnie que celle des regrets: “Les fiestas, l’esprit d’équipe, la gagne, le respect des supporters et équipiers, la franchise étaient les règles de base dans le groupe. Un regret? Une dispute publique avec Jean-Claude Olio. Cela m’a valu un exil sympa au RFB avant une réconciliation avec “Mister” Jean-Claude et un retour à La Neuville”.


Luc a moyennement apprécié le match de “son” équipe contre Alost: “L’Olympic a loupé pas mal d’occasions et s’est mis en difficulté . Le mental et quelques belles individualités à Alost y sont pour quelque chose. La qualification est acquise. C’est l’essentiel”.

Tirage CrokyCup: Les pronos des dogues

Le tirage des 1/16e de la Coupe de Belgique aura lieu ce lundi à 18h00, voici le tirage idéal des joueurs et du staff.

Aymeric Thibaut: Le Sporting de Charleroi qui est pour le moment une des meilleures équipes de Belgique .

Tanguy Moriconi: Un gros club et personnellement j’aimerais le Standard de Liège.

Jordi Malela: J’aimerais bien Anderlecht.

Geoffrey Ghesquiere: Si possibilité de déplacement à Gand, j’aimerais jouer à la Ghelamco Aréna, mais à la maison Anderlecht.

Victor Corneillie: Anderlecht.

El Medhi Khaida: Le Standard.

Quentin Vanderbecq: Charleroi.

Arnaud Guedj: Charleroi.

Mohamed Dahmane: Sans hésiter le FC Brugge, revoir la blue army, celle qui m’ a soutenue dans les moments difficiles.

Laurent Castellana: J’ai une petite préférence pour le Standard de Liège.

Alexis Bertrand: Le Standard.

Taylor Salibur: Charleroi.

Ulric Cremers: La Gantoise.

Matéo Vancopenolle: Le Standard ou Charleroi.

Corentin Cottet: Anderlecht.

Ayoub Kouri: La Gantoise, mais chez eux pour le stade.

Jéremie Lioka Lima: Anderlecht, ce serait une belle expérience.

Kévin Moihedja: Charleroi.

Yoroma Jatta: Les carolos de l’équipe et les supporters aimeraient Charleroi , honnêtement pour moi peu importe, je veux aller le plus loin possible.

Etienne Mukanya: Anderlecht

Kieran Félix: Mouscron car c’est mon club formateur, sinon Gand et Brugge si on avait la chance de jouer dans leur stade.

Xavier Robert: Pour la population carolo, un derby contre Charleroi.

Marc Robert: Anderlecht et le Sporting de Charleroi plus tard.

Taïb Matmati: Le FC Brugge, mon fils est un grand fan de Vormer.

Olivier Sioli: Le Sporting (pour les…. éliminer), sinon Brugge, Anderlecht ou le Standard.

Mike Dhollande: Personnellement, le Standard de Liège.

Istvan Dudas: Je n’ai pas de préférence, à partir de maintenant c’est du bonus.

Certains joueurs et membres du staff n’avaient pas encore répondu à l’heure de publier cette article.

6 bonnes raisons de vivre, en live, le choc Olympic de Charleroi-Alost

Des clubs éternels. Un vrai duel entre clubs “immortels”. Alost, comme l’Olympic, Liège ou le RWDM ont connu des pics de succès et de popularité puis des turbulences mais ils sont toujours là, revigorés par leur histoire. Alost, c’est un solide passé de D1, un stade et un public à l’anglaise, une vraie ville de foot. L’Olympic reste une marque de prestige du foot belge.


Encore en petit tour et puis… L’enjeu est de taille. Les deux équipes sont à une marche d’une top affiche face à un club pro. Cela ne se refuse pas même en version Covid. Chaque équipe non-pro rêve, en début de saison, d’aller jusqu’au stade d’une D1 à la maison ou à l’extérieur. Olympic-Alost, c’est un fauteuil-vip, en fin de rencontre pour deux prétendants.


La magie de la coupe. En coupe, les joueurs se livrent avec plus panache, moins de calcul qu’en championnat. Patrick Remy a l’intime conviction que l’on va vivre un “sommet des mythiques” plein, de la première à la dernière minute. Plein d’engagement, de jeu offensif, de duels à gagner, d’intensité. On l’espère comme lui.


Un brevet à défendre. 3 matches officiels à la maison et trois succès. L’Olympic 20-21 veut refaire de La Neuville une “citadelle imprenable”. Xavier Robert a construit son équipe sur une base défensive solide avec des reconversions rapides vers l’avant. Le style Robert plait à l’exigeant public maison.
Il s’est passé quelque chose de bien. Fabienne Devilers, une de nos supportrices les plus ferventes l’affirme: ” Cette équipe 2020 a quelque chose de comparable à celle du début des années 90: un esprit de famille et le plaisir de bien faire”. L’équipe des années 90 avait réalisé un parcours formidable en coupe. Simple hasard?


La force des anciens. C’est une des bonnes habitudes de la saison en cours. Les anciens sont mis à l’honneur. Luc Calbert et Michel Hemberg, deux “monstres sacrés” de la Neuville feront leur retour au stade, ce dimanche, pour diffuser leurs bonnes ondes. Deux personnages qui seront présentés au coup d’envoi.


Comment se procurer un ticket d’entrée? Convaincu? Il ne vous reste plus qu’à passer ce samedi 10, veille de match, entre 10 heures et midi, au secrétariat du stade de La Neuville. Il n’y aura pas de vente le jour du match.

Patrick Remy m’a dit.”La coupe reste un concept magique à La Neuville”.

A quelques jours de la réception d’Alost, en coupe de Belgique, Patrick Remy ressent les ardeurs et l’enthousiasme de ceux qui rêvent d’un parcours brillant, en coupe et d’une perspective de D1A.

Patrick, on parle beaucoup de la coupe, à la Neuville…

“En effet, on peut parler d’une affiche entre deux clubs historiques. Alost a un passé de D1, un stade qui en jette, une histoire, un public à l’anglaise. Cela inspire le respect. Alost, comme le Rwdm, l’Olympic ou le Fc Liège que nous recevrons le samedi suivant, ont connu des cycles baissiers. Ces clubs souffrent , par période, mais ne meurent (presque) jamais. On ne pourra se permettre aucune suffisance. Je suis respectueux de l’adversaire qui sera coriace et convaincu que notre staff saura trouver les bons mots pour redonner de la confiance et de l’envie de dépassement au groupe, après la défaite intervenue en fin de match, à Heist”.

Continuer la lecture de « Patrick Remy m’a dit.”La coupe reste un concept magique à La Neuville”. »

Dogue, Dogue, Dogue, qui est là? Fabienne Devilers


Tombée dans la “Dogue marmite” quand elle était petite…
Fabienne Devilers, une Montagnarde pure souche.




Fabienne Devilers. Une supportrice inaltérable, présente à la Neuville, depuis ses 12 ans. Une vraie “Doguette” qui parle toujours de l’Olympic avec de l’émotion dans les yeux. N’écrivez pas son nom avec deux “l”. Elle vous en “tipexe” un, de suite, pour raison personnelle: “Pas besoin de deux “l” pour voler”. C’est dit.
Ne critiquez pas l’Olympic, même de bonne foi. Elle reconnait objectivement qu’elle analyse subjectivement tout ce qui touche à “son” club.
8 questions à une députée et supportrice permanente…

Continuer la lecture de « Dogue, Dogue, Dogue, qui est là? Fabienne Devilers »

“Quoi de neuf Dogueteur”? Bernard Gaspard


Le gardien du temple de la formation.
Bernard Gaspard: “Un processus formatif innovant”.



“Quoi de neuf Dogueteur”? est la nouvelle rubrique qui va vous faire vivre, chaque semaine,  “l’actu Olympic”, en inside et sans langue de bois.
Elle fera parler ceux qui font “tourner” la “boutique Olympic”, sur et en dehors du terrain.
Premier invité, Bernard Gaspard, responsable de la formation de l’Olympic de Charleroi.
Interview en 8 thèmes.

Continuer la lecture de « “Quoi de neuf Dogueteur”? Bernard Gaspard »