“Dogue, Dogue, Dogue. Qui est là”?

Christ Bruno: ” L’Olympic m’a épanoui sportivement et humainement”.
1997. L’espoir du Sporting de Charleroi, Christ Bruno passe chez le voisin,  1km plus loin, à La Neuville. 
Christ,  en version “rookie”, va y passer 4 saisons décisives pour la suite de sa longue carrière de joueur (ndlr: elle s’est finie en 2014 à Quevy).

Plus de 20 ans plus tard, il porte l’Olympic dans le top 3 de son cœur: 
“Venant du Sporting, mon arrivée était attendue  avec curiosité par les supporters. Jean-Claude Olio, le président emblématique des Dogues m’avait convaincu de son projet. A la base, c’était pour la Division 2 mais le club est descendu en D3, juste avant mon arrivée. Un an plus tard, monsieur Olio quittait le club. Sa succession a été très difficile sur le plan financier. J’ai appris à La Neuville, la réalité du métier de devoir prester à son maximum dans un contexte économique compliqué. “.
Christ a grandi sportivement et humainement à Montignies-sur-Sambre: “La force de l’histoire et l’amour du public pour ce club t’imposent de te donner à fond, quel que soit le contexte. Je me souviens du dévouement  de Carl Servais pour le groupe et de quelques équipiers. Fred Waseige avec qui on évoque, de temps à autre,  l’Olympic avec une nostalgie positive, Hervé Houlmont,  Affo, La Vallée, Stilmant, Petaccia. Durant ces 4 saisons, j’ai fréquenté  beaucoup de jeunes joueurs qui avaient , en plus de leur talent, du caractère et l’envie de réussir. Une autre époque. Je me suis épanoui sportivement avec un temps de jeu presque maximal et des coaches exigeants. Ost et Malbassa ont balisé ma progression”.
La carrière de Christ a vibré au son de 3 clubs dits historiques: “Ces clubs souffrent parfois mais ne meurent jamais. Ils te rendent plus forts, au jour le jour. Après l’Olympic, j’ai, en effet, connu le RWDM et l’Union. Des clubs enracinés dans leur vécu et soutenus par une large base populaire”.
C’est anticipativement, à l’Union, que Christ a connu son souvenir le plus surréaliste sous le maillot… olympien : “Nous étions supposés , cette saison-là, jouer pour le titre et il a fallu attendre la dernière journée, à l’Union Saint-Gilloise, pour assurer …notre maintien. 300 supporters de l’Olympic avaient fait le déplacement à la Butte et ont fêté le maintien …comme un titre. C’est beau l’amour”.
Christ Bruno reviendra, à coup sûr, à la Neuville: “Ce sera avec plaisir et dès que l’on pourra. Il y a trois ans, à l’invitation d’un partenaire, j’y avais retrouvé,  des anciens supporters qui avaient toujours la même ferveur …20 ans plus tard. Ces moments de partage et d’émotions fortes, on ne les trouve que dans les livres d’histoire ou les clubs éternels. “Dogue, un jour, Dogue toujours”. Ce n’est pas qu’un slogan”.
Sa période olympienne l’a marqué au fer “noir et blanc”. Comme son coach favori, Malbassa: “Une personnalité forte, une grande exigence, le respect des supporters. Cette éducation a forgé, à vie,  mon caractère et l’amour du maillot des clubs où je suis passé”.