Francs Borains 1 – 0 Olympic : match arrêté à la 34 ème

Match arrêté par le référé, Monsieur Jonathan Houdrez, à la 34 ème minute, après un refus de notre coach Tibor Balog de rejoindre la tribune, sur son exclusion décrétée.

Le derby a tourné court, avec son cortège de déceptions.

Nous n’émettrons pas ici de jugement : place au rapport de l’arbitre et à une procédure éventuelle, avec la vérité des uns et la contre-version des autres.

Les faits objectifs semblent être les suivants : notre coach a ‘applaudi’ sur un coup franc ‘annulé’ par l’arbitre, pour un deux mètres en avant; aucune menace ou insulte n’a été lancée. Monsieur Houdrez confirme que son intégrité physique n’a jamais été mise en cause. Après trois minutes de médiation, via notre délégué et notre capitaine, les trois coups de sifflet ont cependant été donnés, indiquant la fin du match en cause du refus maintenu du coach de quitter sa zone neutre, alors qu’il demandait à connaître les raisons de son exclusion.

L’Olympic était alors mené 1 – 0 à la 28 ème par une tête décroisée de Simon Wautiez (second centre sur corner)

Ceci avait suivi l’exclusion de Tennyson Sonkey (rouge pour coup direct) à la 18 ème, après que Tennyson ait goûté aux crampons de Jean Tassin, le libéro borain, lui-même recevant une carte jaune pour faute avec coup franc.

L’Olympic avait pourtant pas mal entamé la rencontre avec une tête décroisée de Medhi Khaïda à la 3 ème, juste à côté et une volée de Tennyson Sonkey sur le piquet à la 8 ème.

L’exclusion de Tennyson Sonkey a conditionné nettement la brève suite du match avec l’Olympic réduit à dix. Les deux joueurs concernés n’ont pas reçu la même sanction, ce qui a amené de la frustration

L’Olympic a aligné : Tanguy Moriconi, Misbaou Barry, Yakhouba N’Diayé, Quantin Durieux, Samy Buyuktopac, Malory Roman, Dimitri Leurquin, Lucas Giorlando, Mathieu Fiévet, Medhi Khaïda et Tennyson Sonkey (Réserves : Gilles Lesage, Lokman Atasever, Nicolas Méo, Habidou Mokabila)

Prochain match : l’Olympic recevra le Racing Waterloo, le samedi 7 février 2016 à 20 heures, Stade de la Neuville