Patrick Remy m’a dit…”Qui n’innove pas recule”.

Patrick, l’Olympic de Charleroi a initié une table ronde sur la formation des jeunes.
P.R. : “Bernard Gaspard est à l’initiative de cette invitation. Je salue les bonnes volontés de chez nous et d’ailleurs qui ont accepté de se mettre à table pour améliorer le contexte général de la formation. La Louvière-Centre, le Sporting de Charleroi et le stade de Braine étaient représentés par des cadre ou dirigeant directement concernés et fort impliqués dans leur club. Cela a donné du contenu et du poids à la rencontre.
Réfléchir ensemble est stimulant. On tire des conclusions qui correspondent à la réalité du terrain. Le but, à terme, est de rendre la formation et la compétition chez les jeunes plus performantes qu’elle ne le sont aujourd’hui. Le cercle de réflexion va s’élargir pour qu’un maximum de clubs se sentent concernés par l’envie de faire bouger les lignes. Ensemble, on est et on  pense plus fort”.

C’est une initiative progressiste…
P.R. : “La démarche n’est pas de faire des choses contre qui que ce soit mais d’imaginer un meilleur plan et de faire remonter des propositions concrètes vers la fédération. On a le devoir, dans chaque job, de faire régulièrement le point sur ce qui va et va moins bien. L’humilité et la remise en question font avancer. On est dans cet état d’esprit: analyser les plus et moins de la situation actuelle, synthétiser ce qui parait prioritaire à mettre en œuvre puis proposer du concret à ceux qui ont le pouvoir de changer, la fédération”.

La suite…
P.R. : “Un second rendez-vous est prévu en décembre, dans l’espace-vip de La Neuville. Chaque club présent à la première rencontre, va en sensibiliser d’autres. Il y a des sujets sensibles sur lesquels on se doit d’avancer ou, au moins,  ne plus reculer. Le niveau des compétitions chez les jeunes a baissé depuis la scission des fédérations en ailes linguistiques. Cela pénalise la révélation des jeunes talents dans la phase décisive de la post-formation. Un des souhaits du premier tour de table est évident: que les championnats de jeunes correspondent à ceux de l’équipe 1. C’est juste de la logique”. 

La proactivité est une des clefs de la stratégie olympienne…
P.R. : ” Raviver la flamme Olympic, partout où on le sait. C’est le mot d’ordre. On innove dans nos méthodes de travail chez les jeunes. La préparation de l’équipe 1 est aussi novatrice.  Dans le sponsoring, on adopte une approche différente des précédentes, plus “taillée sur mesure”. Elle implique tous les acteurs du club dans la satisfaction des partenaires. Le “testing” est prometteur. Malgré la période dite compliquée, nous venons de signer de nouveaux partenaires après avoir fidélisé le socle des habituels. Qui n’innove pas recule”.

Le match de coupe contre Zulte/Waregem poserait un problème “à la belge”.
P.R. : “La “Nationale 1” a mandaté un groupe de travail pour définir, avec la fédération, le meilleur calendrier de reprise de championnat possible. Il doit tenir compte du temps de préparation pour remettre les équipes en ordre physiquement. Une reprise de championnat dans la seconde quinzaine de janvier serait un bon repère. Je lis et entends, par contre, que notre match de coupe de Belgique contre Zulte/Waregem pourrait se caler, début janvier, alors que la fédération a décrété un “stop” des activités, dans notre division, jusque fin 2020. On nous demanderait donc de jouer un match de coupe de Belgique contre une D1A, après 3 mois sans compétition et quelques entraînements dans les jambes, alors que Zulte, n’aurait pas été mis à l’arrêt d’octobre à décembre? Ce ne serait ni sérieux, ni crédible, ni admissible. Je fais confiance au bon sens des responsables du calendrier pour “ranger” ce scénario qui ferait rire du football belge”.