Coupe de Belgique j-1. Allons z’enfants de la Neuville. Helmut Graf: “Y croire et faire comme si”.

Helmut Graf, la légende olympienne a marqué l’histoire du club en participant à la montée en D1 (73-74) puis en jouant, l’année suivante, une  saison bénie avec les Dogues, parmi l’élite : “Une belle époque. On formait avec Joseph De Raeve et Ulrich Kallius, un trio de choc devant. Les spectateurs venaient tôt au stade car on marquait souvent très vite. Il y avait Jacky Duquesne “la classe”, le talent de Pierre Geys, Roberto Botti, Yvon De Decker, Willy Tuyaerts, Freddy Rombaut, Vito Gervasi, Celestin Martini, Camille Delvigne, Jean-Marie Van Sevenant, Jacques Van Welle et j’en oublie. Je me suis révélé à l’Olympic avant de partir pour la Raal”.


C’était une époque insouciante : “On aimait boire un coup, faire la fête avec les supporters sans que cela pose problème. Il y avait entre 14 et 17000 personnes au stade. On s’amusait comme une bande de copains sans se soucier du regard des autres.
Aujourd’hui, un joueur va pisser sur un mur, cela va faire scandale sur les réseaux sociaux”.
Helmut reste supporter des Dogues:” Je reste en contact via mon ami Roger Valentin et mes ex-équipiers Pierre Geys et Ulrich Kallius. Quel buteur. J’ai donné un coup d’envoi d’un match à La Neuville, l’an dernier.  Je ne manque pas une rencontre des Dogues quand ils viennent jouer en région liégeoise. Ce club te marque à vie”.
C’est jour J-1 pour la génération actuelle avec la réception de Zulte-Waregem. Helmut encourage et positive: “Le coup est jouable même si Zulte-Waregem a l’avantage de ne jamais avoir été mis à l’arrêt. L’Olympic peut miser sur sa fraîcheur et sa soif de jouer. Ils n’ont rien à perdre. J’ai connu un scénario identique avec Hannut. J’étais joueur-entraîneur. On a joué et battu Courtrai parce que l’on avait eu la force d’y  croire avant le match sans jamais douter pendant le match. On a disputé chaque duel à fond et la réussite était avec nous. La coupe donne, à chaque stade, des surprises. Je souhaite que ce soit le cas pour l’Olympic”.